Version imprimable

La communauté des « amis » sur Facebook

Chers amis, nous avons décidé de créer une page Facebook ouverte sur laquelle nous allons progressivement déplacer l’activité « blog ».

Cette page est accessible à tous, y compris à ceux qui ne possèdent pas de compte Facebook, à l’adresse suivante : www.facebook.com/lesamisdemarcelgauchet

Si vous souhaitez être notifié automatiquement des nouvelles publications, les commenter, les relayer ou publier sur cette page, bref participer à la communauté des « amis », il vous sera bien sûr nécessaire de vous inscrire sur Facebook.

L’accès aux enregistrements inédits des séminaires de Marcel Gauchet à l’EHESS, de ses conférences et de ses interventions, comme à la bibliographie se fait toujours via ce site web.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires sur notre nouvelle page Facebook ou à l’adresse contact.at.marcelgauchet.fr

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Non classé

Version imprimable

Une éthique de la discussion pour sombres temps démocratiques

Elargissons le cercle des signataires du texte de soutien à Marcel Gauchet à la société dans son ensemble. Toutes celles et ceux qui le souhaitent peuvent le signer en allant à cette adresse : http://cargocollective.com/pouruneethiquedeladiscussion

Tribune collective parue sur lemonde.fr le 17 octobre 2014

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois sont passés, la charge contre Marcel Gauchet ne faiblit pas. Pour celles et ceux qui ont été formés par lui, travaillent dans son sillage intellectuel ou, simplement, lui reconnaissent une œuvre stimulante, il est devenu impossible de laisser plus longtemps se dérouler la litanie infamante qui l’accable.
Ce n’est pas le lieu de restituer les fondamentaux d’une pensée dense et encore moins de répondre par le détail aux accusations aberrantes qui la visent. Ce qui nous importe ici, c’est de dénoncer la méthode adoptée par les rebelles autoproclamés et d’en révéler la gravité pour l’avenir du débat intellectuel français.

Ce qui est reproché à Marcel Gauchet, c’est d’exercer dans la sphère publique une influence « décisive et délétère » sur fond d’accointances avec les plus conservateurs de nos dirigeants politiques et économiques. À partir d’une disqualification inouïe qui nie la rigueur de sa démarche, on entend réduire son œuvre au statut de catalogue idéologique à usage des dominants.

CENSURE CONTRAIRE À LA LIBERTÉ

On peut évidemment ne pas être d’accord avec Marcel Gauchet, et cela nous arrive à tous ; mais marquer l’auteur du sceau de la réaction au mépris de toute connaissance des analyses qu’il développe depuis une quarantaine d’années, c’est ignorer la rigueur et la civilité propres à toute critique scientifique. Lui dénier par ailleurs toute place dans le champ des sciences sociales, c’est exercer une forme de censure contraire à la liberté de l’esprit universitaire.

Si la démocratie se définit par l’acceptation des désaccords et par le respect du pluralisme, que penser de ceux qui exigent de placer la discussion intellectuelle, et la vie académique elle-même, sous la coupe d’une doctrine monolithique et partiale ?

Continuer la lecture

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Non classé

Version imprimable

La figure du rebelle et de l’anarque chez Ernst Jünger

A l’origine de la polémique actuelle sur les rebelles, il y a un refus d’historiser cette figure, au contraire de ce qu’a fait Marcel Gauchet dans sa conférence inaugurale à Blois. Cette conception intemporelle du rebelle, elle a sa source chez Ernst Jünger dans son « Traité du rebelle ou le recours aux forêts » (1951). Merci à l’historienne Catherine Maire (http://eglisedansetat.over-blog.com/) pour cette remarque.

Pour une analyse et des extraits de l’oeuvre en question par un auteur qui défend au contraire la position de Jünger, c’est ici.

Notons encore, selon cette source, que l’on retrouve la doctrine du « recours aux forêts » dans les contes et légendes, dans l’essai « Walden ou la vie dans les bois » (1854) de Henry David Thoreau, dans les romans d’Arno Schmidt, du suédois Knut Hamsun, de l’italien Italo Calvino, et du beatnik américain, Jack Kerouac.

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Non classé

Version imprimable

Alain Badiou, Marcel Gauchet : le débat

Émission « Ce soir (ou jamais !) » diffusée sur France 2 le 17 octobre 2014.

Frédéric Taddéï propose à Alain Badiou et Marcel Gauchet, deux des plus grands philosophes français, d’analyser et de décrypter l’actualité. L’économiste David Thesmar est ensuite invité à rejoindre les deux débatteurs pour exposer son propre point de vue.

Lien vers l’enregistrement vidéo complet de l’émission

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Vidéos et Sons

Version imprimable

Qui sont les acteurs de l’histoire ?

 

Transcription de la conférence de Marcel Gauchet
« Qui sont les acteurs de l’histoire ? »
17ème rendez-vous de l’histoire de Blois, 10 octobre 2014

Télécharger le pdf

Les organisateurs de ces paisibles entretiens ne soupçonnaient vraisemblablement pas, sans faire injure à leur prescience, à quel point ils avaient mis dans le mille en choisissant ce thème des rebelles. Non seulement ils n’avaient pas mesuré sans doute combien l’objet était chaud mais ils n’avaient pas discerné qu’il y allait de quelque chose comme d’une marque déposée si ce n’est un titre de noblesse sur lequel veillaient des propriétaires certes autoproclamés mais non moins sourcilleux et vindicatifs pour autant. Des propriétaires qui se sont élevés donc, contre la profanation de leur bien le plus précieux que représentait l’appel à votre serviteur. Figurez-vous que vous avez devant vous quelqu’un qui n’est pas suffisamment rebelle paraît-il pour traiter cette matière sacrée. Je n’ai aucune prétention sur la marque, à la différence de mes détracteurs. Nous verrons d’ailleurs qu’il est absurde d’en avoir. Mais j’ambitionne cependant, j’ose le dire, d’être beaucoup plus rebelle qu’eux à ma modeste façon. Il y a lieu de se rebeller contre cette figure du rebelle m’efforcerais-je de montrer en effet car elle n’est autre chose au final, dans le contexte qui est le nôtre, qu’une dérisoire compensation à l’impasse actuelle où se trouvent nos sociétés vis-à-vis de leur capacité d’avenir.

Je passe à regret sur l’intéressant problème épistémologique soulevé par cette mauvaise querelle : faut-il un certificat de rébellion pour être en droit de parler des rebelles ? L’examen de la question nous emmènerait trop loin. Je me contente de souligner qu’il porte sur l’objet même de cette rencontre et de la discipline historique. En général, sommes-nous là pour célébrer la rébellion ou pour mieux la connaître ? J’avoue appartenir à cette vieille garde pour laquelle la fonction de l’historien est de rendre le passé mieux établi dans ses données et davantage intelligible dans son déroulement et non pas de s’autocélébrer par passé interposé.

Continuer la lecture

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Intervention de fond

Version imprimable

Quelle alternative politique face à la crise ?

L’émission « La Grande table » sur France Culture a reçu ce mercredi 15 octobre les deux philosophes, Alain Badiou et Marcel Gauchet, suite à leur dernier essai Que faire ?, qui vient de paraître aux éditions Philosophie. Alain Badiou, figure de proue de la gauche radicale et principal avocat de l’idée communiste, et Marcel Gauchet, représentant majeur de l’antitotalitarisme et défenseur de la démocratie libérale, débattent de l’avenir de la démocratie.

« Le plus grand désarmement auquel nous avons affaire aujourd’hui, c’est celui de l’imagination. Une société différente de celle où nous sommes appartient à l’inimaginable. Et cela n’est pas quelque chose que nous pouvons simplement imputer à une propagande – elle existe sur le modèle actuellement régnant comme horizon indépassable -, c’est beaucoup plus profond, c’est quelque chose qui tient à la pensée commune, à notre manière de nous rapporter aux choses telles qu’elles fonctionnent. Le sentiment premier, immédiat, que n’importe quel acteur va vous exprimer dans une situation d’aujourd’hui, c’est : « mais qu’est-ce qu’on peut imaginer d’autre » ? Voilà le défi : qu’est-ce qu’on peut penser par rapport à notre présent qui nous permet de nous projeter dans un futur concevable, imaginable, réalisable ? C’est là où le travail intellectuel – qui est en même temps un travail d’imagination, ce n’est pas simplement de l’analyse – acquiert une espèce de centralité qu’il n’a jamais eue dans l’histoire jusqu’à présent parce qu’au fond le sentiment qu’on allait vers quelque chose a été remplacé par le sentiment que nous sommes dans un cul de sac, dans une impasse historique dont il n’y a aucune issue imaginable. C’est cette issue qu’il s’agit de remettre à l’ordre du jour avec tout ce que cela suppose d’ouverture justement. » (Marcel Gauchet)

Lien vers la page de l’émission

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Vidéos et Sons

Version imprimable

Ce que nous révèle du milieu intellectuel français l’«affaire Gauchet»

Article de Laurent Bouvet publié le 13 octobre 2014 sur slate.fr
Extrait

« Une telle pratique du procès politico-intellectuel d’un collègue sur la place publique est dévastatrice. Non seulement parce qu’elle témoigne de la vision profondément déformée que les collègues qui se commettent dans une telle manoeuvre ont de leur propre métier, mais encore au regard de l’image qu’ils donnent de l’université et de la recherche, spécifiquement en sciences sociales, à l’extérieur, dans la société, alors même que de graves menaces pèsent sur leur devenir. (…)

A l’extérieur, là où une telle affaire apparaît plus encore pour ce qu’elle est, aussi dérisoire que pathétique, aussi outrée qu’incompréhensible, l’image donnée des sciences sociales est terrible.

Que dire aux collègues historiens qui se prêtent à une telle opération alors même qu’ils déplorent, à juste titre, le succès public de personnages comme Eric Zemmour ou Lorant Deutsch? Que dire à ces mêmes collègues qui déplorent, là encore fort justement, l’assèchement des financements publics pour la recherche en sciences sociales? Sinon qu’ils creusent leur propre tombe en se comportant comme ils viennent de le faire et qu’ils devraient utiliser leur «science» pour voir plus loin que l’opération délétère à laquelle ils prêtent leur concours.

Ces collègues qui déplorent d’être dépossédés de leur monopole sur leur discipline en même temps que de leurs financements seraient bien inspirés d’utiliser le peu de temps que leur laisse encore l’institution universitaire à convaincre les Français de l’intérêt de leur travail et de leur utilité sociale plutôt que de le passer à scier la branche sur laquelle ils sont assis. » (Laurent Bouvet)

Lien vers la page originale

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Non classé

Version imprimable

Que faire ? Dialogue Alain Badiou-Marcel Gauchet

À l’occasion de la sortie du livre « Que faire ? Dialogue sur le communisme, le capitalisme et l’avenir de la démocratie » le 9 octobre 2014, un dialogue inédit entre Alain Badiou et Marcel Gauchet, la Librairie de Paris recevra les deux philosophes le 15 octobre 2014 à 18h. À l’issue de ce débat aura lieu une séance de dédicaces.

Pour davantage d’informations sur cet événement : https://www.facebook.com/events/335799069931191/

Un dialogue inédit et exclusif entre deux des philosophes les plus influents de notre temps et qui ne s’étaient jamais rencontrés, Alain Badiou, figure de proue de la gauche radicale dans le monde et principal avocat de l’idée communiste, et Marcel Gauchet, représentant majeur de l’antitotalitarisme et défenseur de la démocratie libérale. Ensemble, ils font le bilan de l’Histoire et répondent chacun à leur manière à la question : l’Idée communiste peut-elle survivre à l’Histoire ? Un débat de fond, sans concession, entre deux intellectuels aux positions diamétralement opposées, mais qui se rejoignent sur la nécessité de redonner du sens à la politique et qui s’interrogent sur l’opportunité, face à la crise du capitalisme, de relancer une hypothèse mise à mal par l’Histoire.

Pour davantage d’informations sur l’ouvrage : http://www.amazon.fr/Que-Faire-Marcel-Gauchet/dp/2953813047/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1411482111&sr=1-2&keywords=alain+badiou

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Agenda

Version imprimable

A l’agenda

jeudi 16 octobre 2014

Les activités de l’université populaire de Bagnolet commenceront, cet automne, par un premier cycle de conférences et débats au sujet de l’éducation et de l’école.
Dans ce cadre, Marcel Gauchet prononcera la première conférence intitulée « Qu’est-ce qu’apprendre, qu’est-ce que transmettre ? » le jeudi 16 octobre 2014 de 19h à 21h au Cin’Hoche, 6 Rue Hoche, 93170 Bagnolet.
Pour davantage d’informations : http://www.bagnolet-initiatives-citoyennes.org/luniversite-populaire-de-bagnolet/

« Nous n’avons pas encore trouvé la bonne école ». Entretien avec Marcel Gauchet  in Sciences Humaines. Eduquer au 21ème siècle, n°263, octobre 2014
L’entretien : http://www.scienceshumaines.com/nous-n-avons-pas-encore-trouve-la-bonne-ecole-entretien-avec-marcel-gauchet_fr_33129.html
Le sommaire du numéro : http://www.scienceshumaines.com/eduquer-au-21eme-siecle_fr_543.htm

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Agenda

Version imprimable

Marcel Gauchet appelle ses détracteurs à « démissionner de l’Université »

Dépêche AFP publiée le 10 octobre 2014
Extrait

« Au cours d’un débat suivi par un public hou­leux et pas­sionné, Marcel Gauchet a mis au défi ses détrac­teurs de lui oppo­ser des écrits jus­ti­fiant les qua­li­fi­ca­tifs qui lui sont appliqués.

« Cette opé­ra­tion désho­nore ses auteurs comme his­to­riens. Ils ont appelé au boy­cot­tage, et bien moi je les invite à démis­sion­ner de l’Université au cré­dit de laquelle ils portent une grave atteinte », a-t-il lancé.

Dans un entre­tien avec l’AFP l’historien et phi­lo­sophe a estimé que ses détrac­teurs se sont livrés « à une mani­pu­la­tion des faits et des textes à des fins poli­tiques, ce qui consti­tue la plus grave entorse aux prin­cipes déon­to­lo­giques que puissent com­mettre des his­to­riens ». « Il y a un pro­blème de res­pon­sa­bi­lité intel­lec­tuelle », a ajouté M. Gauchet.

Au cours du débat, le phi­lo­sophe et his­to­rien a relevé « que le pre­mier à vou­loir (l’)empêcher de par­ler dans les années soixante, était le Parti com­mu­niste… Comme mili­tant d’extrême gauche. Aujourd’hui, c’est comme réac­tion­naire… Comme quoi, les choses changent », a-t-il conclu sous les rires du public. »

Lien vers la page originale

Laisser un Commentaire

Archivé dans la catégorie :

Intervention de circonstance